Go To Section

De l’essence dans le banc d’essai d’impulsions

Werther/Nordhausen, le 1er avril 2016

Johannes Montag, Head of Sale auprès de Poppe + Potthoff Maschinenbau GmbH à Nordhausen (Allemagne) avec PDG Stefan Dreyer (à gauche) et CTO Frank Baudler (à droite).

De l’essence dans le banc d’essai d’impulsions

Poppe + Potthoff Maschinenbau utilise le savoir-faire provenant de la technique des moteurs diesel pour un contrôle fiable à haute pression des composants destinés à l’injection d'essence

Les moteurs doivent devenir plus efficaces et plus propres. L’UE exige une réduction de la consommation de 30 % jusqu’au milieu de la prochaine décennie. Les Chinois se sont fixé un objectif de 45 %, les Américains ont même défini un taux de 50 %. L’injection directe apporte un avantage considérable : par rapport à l’injection conventionnelle par tubulure d’admission, l’économie se monte à 15 % d’essence sur 100 kilomètres. La baisse peut même être accentuée - avec une hausse de la pression dans le système d’injection.

« Lors du contrôle des composants en métal en en plastique pour l’injection directe d’essence, des exigences particulières sont en vigueur  » explique Johannes Montag, Head of Sales auprès de Poppe + Potthoff Maschinenbau (Tube 2016, hall 03/B01, Automotive Testing Expo 2016, stand 1104). « Il s’agit de contrôler la résistance durable à la pression des composants avec des proportions variables de bioéthanol dans l’essence. Les tests de variations de pression doivent se dérouler en respectant des instructions de sécurité spéciales afin d’éviter la formation de tout mélange explosif d’essence-oxygène ».

La nouvelle installation d’essai d’impulsions de Poppe + Potthoff est extrêmement compacte. Elle dispose d’une chambre de sécurité avec rinçage à l'azote pour assurer le bon déroulement des tests dans l’essence. En option, une deuxième chambre avec cycle de contrôle séparé pour le contrôle simultané de variation de pression avec l’huile est disponible. Les common rails, les conduites d’injection, les injecteurs, les pompes et autres composants en métal et plastique peuvent y être validés - selon l’unité de pression - avec une fréquence d’impulsions de 2 Hz à 10 Hz jusqu’à 2.000 bars.

Lors du développement de la nouvelle installation, les spécialistes de la technologie à haute pression ont pu tirer profit de leur longue expérience avec les systèmes d’injection diesel. Poppe + Potthoff les contrôle avec des impulsions jusqu’à 6.000 bars de 1 à 30 Hz. En outre, les constructeurs de machines de Nordhausen (Allemagne) proposent des installations pour le contrôle sous pression positive (jusqu’à 15.000 bars) et pression négative (jusqu’à -0,7 mbar) dans des conditions climatiques stables ou variables (-40°C bis +180°C).

La saisie des données de mesure et la visualisation interviennent avec des applications LabVIEW de National Instruments. Toutes les opérations de contrôle et les données sont automatiquement sauvegardées sur l’installation et peuvent être exportées dans le réseau pour analyse. Les installations individuelles et combinées de contrôle des composants en métal et en plastique, les systèmes d’autofrettage jusqu’à 16.000 bars, les agrégats à haute pression et les compresseurs, les installations entièrement automatiques de contrôle et de mesure ainsi que les exhaustives prestations de service pour le contrôle viennent compléter l’offre.

Photo 1 : Poppe + Potthoff a développé une installation compacte d’essai d’impulsions avec chambres de sécurité pour les tests dans l’essence avec des impulsions de jusqu’à 2000 bars. En option, des essais dans l’huile peuvent être réalisés simultanément dans une deuxième chambre avec une fréquence de jusqu’à 10 Hz.